18 novembre 2022 | Gestion d'entreprise

Sécurité sur chantier : 8 mesures indispensables !

Gestion d'entreprise

sécurité sur chantier

La gestion de la sécurité sur les chantiers de construction joue un rôle majeur dans le bon déroulement des travaux. Comment ? Tout simplement en minimisant les risques d’accident de travail. Il s’agit même d’une obligation légale pour votre entreprise. En effet, la prévention reste essentielle dans la mesure où le secteur du BTP recense une grande partie des blessures graves, voire mortelles sur le lieu de travail.

Pour votre entreprise, cela peut se traduire par un manque de personnel, une suspension de travaux, un retard de livraison ou encore des pertes financières.

Heureusement, vous pouvez améliorer la sécurité des ouvriers sur vos chantiers grâce à des mesures de précaution simples.

Sécurité sur chantier : quelle importance ?

 Les travailleurs dans le secteur du BTP sont constamment exposés à des environnements à haut risque. Quotidiennement, les ouvriers font face à des dangers potentiels supplémentaires. On cite entre autres :

  • Le travail en hauteur ;
  • Les glissades et trébuchements ;
  • Les chutes accidentelles et effondrements de matériaux ;
  • La manipulation d’engins de construction ;
  • La manutention de matériaux lourds ;
  • L’utilisation prolongée de machines à vibrations intenses ;
  • Les éclaboussures de produits chimiques ou de particules dangereuses ;
  • L’interaction avec des matériaux de construction et d’isolation qui peuvent affecter les voies respiratoires ;
  • La proximité avec des installations électriques diverses ;
  • L’exposition constante aux bruits à un niveau sonore élevé, etc.  

C’est pour toutes ces raisons que la prévention des risques occupe une place fondamentale dans le secteur du bâtiment. L’établissement de mesures de sécurité claires vous permettra d’éviter que vos chantiers de construction deviennent rapidement des zones sinistrées.

Dans tous les cas, les avantages sont nombreux et comprennent :

  • La pérennisation des activités de l’entreprise ;
  • L’optimisation de la santé et du bien-être des ouvriers ;
  • La mise à disposition de matériels et installations conformes à une utilisation sécuritaire et efficace ;
  • La protection physique des travailleurs ;
  • La réduction des risques d’accidents de travail ;
  • La prévention d’irruption de personnes étrangères au chantier.

En résumé, la prévention des risques sera une garantie que les travaux se déroulent sans encombre, et dans les délais impartis.  

Mesures de sécurité : qui est concerné ? 

Elles s’appliquent à tous les intervenants, quel que soit leur poste. C’est-à-dire : 

  • Le maître d’œuvre ;
  • Le maître d’ouvrage ;
  • Les gestionnaires ;
  • Les ouvriers ;
  • Les sous-traitants ;
  • Les livreurs ;
  • Les intérimaires ; 
  • Les stagiaires, etc 

Tout naturellement, l’employeur est le premier à détenir la responsabilité d’assurer la santé, le bien-être et la sécurité de ses travailleurs sur le chantier. En réalité, vous avez une obligation d’information et de formation quant aux professionnels qui interviennent sur vos chantiers. Autrement dit, vous devez d’abord les prévenir des risques liés au site, puis certifier qu’ils ont les compétences nécessaires pour réaliser les travaux dans les règles de l’art.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il s’avère essentiel d’effectuer un suivi de présence. Non seulement pour surveiller les entrées et les sorties, mais aussi pour garder les personnes qui n’ont pas leur place sur le chantier hors du site. Investir dans un logiciel de contrôle d’accès peut se révéler judicieux dans ce cas.

Cependant, l’entreprise n’est pas l’unique responsable en ce qui concerne la gestion de la sécurité sur le chantier. Les salariés doivent également veiller au respect de toute réglementation servant d’assurance vis-à-vis de leur sécurité et celle de leurs collaborateurs. 

Comment gérer la sécurité sur le chantier en 8 étapes ?

Les entreprises du secteur du bâtiment et de construction doivent faire face à de nombreux défis pour maintenir leur taux de marge et améliorer ainsi leur rentabilité. Plusieurs facteurs entrent en jeu dans ce cas. Et la gestion de la sécurité des travailleurs sur le chantier en fait partie. C’est simple, une protection adéquate des ouvriers se traduit par une augmentation de la productivité. 

Vertuoza vous propose de mettre en place 8 mesures de sécurité élémentaires pour ce faire. Elles n’ont rien de compliqué. Le secret réside juste dans une bonne organisation. 

1. Identifier et prévenir les risques 

La première étape consiste à identifier en amont les sources de risques afin de décider des mesures de prévention adaptées. Cela fait d’ailleurs partie de vos obligations en tant que premier responsable du site. Les risques dont on parle ici peuvent être de nature différente : 

  • Chimique (niveau de toxicité des produits manipulés) ;
  • Physique (mouvements répétitifs ou postures contraignantes) ;
  • Matérielles (utilisation d’engins et matériels à fortes vibrations ou bruyants) ; 
  • Biologiques (exposition des travailleurs à des agents allergènes) ; 
  • Externe (proximité avec un site à haut risque). 

Il peut être nécessaire de faire appel aux services d’experts en matière d’analyse des risques pour le meilleur résultat possible à cet égard. Cette étude se portera essentiellement sur trois axes : 

  • Les dangers liés au site de construction ; 
  • La probabilité de l’exposition des travailleurs aux dangers afférents ; 
  • La fréquence et la gravité de cette exposition.

En fonction de ces différents facteurs, vos ouvriers doivent avoir accès aux formations nécessaires pour que chacun d’entre eux soit parfaitement compétent. Il pourra ainsi effectuer un travail en bonne et due forme. Vous devez également veiller au maintien d’un flux d’informations optimal pour mettre à jour les connaissances de vos ouvriers. 

2. Établir le plan de prévention de chantier 

Le plan de prévention de chantier constitue une autre étape obligatoire, mais cette fois-ci dans le cadre d’une co-activité. Il devient nécessaire dès lors où une entreprise extérieure intervient sur votre chantier. L’élaboration de ce document fait partie intégrante de la phase de préparation de celui-ci. 

Dans tous les cas, le plan de prévention vous permet de communiquer aux différents intervenants les points essentiels à connaître sur l’environnement de travail en général. Cette démarche a pour objectif de : 

  • Définir les activités potentiellement dangereuses ;
  • Fournir des directives claires aux travailleurs ; 
  • Assurer la coordination entre l’entreprise du bâtiment et les sous-traitants ; 
  • Déterminer la nécessité d’un suivi individuel renforcé ; 
  • Mettre à disposition des ouvriers les matériels nécessaires à leur sécurité… 

3. Faire un descriptif de la fiche de données de sécurité

La fiche de données de sécurité (FDS) accompagne indubitablement les chantiers BTP dont les travaux impliquant la manipulation de substances et mélanges chimiques. C’est d’autant plus important si ces produits sont classés dangereux pour la santé humaine, sans parler de leur impact environnemental.

Quoi qu’il en soit, la FDS comprend plusieurs informations utiles pour l’assurance de la sécurité des ouvriers. Elles incluent notamment des indications sur :

  • Les dangers afférents aux produits utilisés ;
  • Le degré de stabilité et de réactivité des substances ;
  • Les compositions des produits présentant des risques chimiques ;
  • Les consignes par rapport au transport, au stockage, à la manutention et à l’élimination de ces derniers ;
  • Les EPI indispensables pour une manipulation sécuritaire ;
  • Les informations écologiques et toxicologiques ;
  • Les règles à respecter en cas de dispersion accidentelle. 

4. Opter pour les équipements de protection adéquats 

Une gestion efficace de la sécurité des ouvriers sur le chantier ne saurait se passer des équipements de protection. On les classe en deux catégories : 

  1. Les équipements de protection individuelle (EPI) qui assurent la santé et la sécurité au niveau personnel ;
  2. Les équipements de protection collective (EPC) qui préviennent les risques d’accident pour plusieurs ouvriers exposés à un danger similaire.

Les EPI rassemblent principalement des matériels du type :

  • Chaussures et casques de sécurité ;
  • Lunettes de protection ; 
  • Bouchons d’oreilles et casques anti-bruits ; 
  • Gants de manutention ; 
  • Vêtements de travail et gilets réfléchissants. 

Il convient toutefois de préciser que les EPI fournis sur le lieu de travail doivent correspondre à la taille, à l’ajustement et à la hauteur de son utilisateur.

Quant aux EPC, ils regroupent : 

  • Les filets de protection et garde-corps ; 
  • Les tapis antidérapants ; 
  • Les matériels de balisage (panneaux de signalisation, plots, barrières et bandes de sécurité) ;
  • Les extincteurs, etc. 

5. Vérifier régulièrement les matériels utilisés

En raison de la nature à haut risque des chantiers de construction, il est impossible d’éliminer complètement tous les dangers en matière de santé et de sécurité sur chaque site. Cependant, de nombreux problèmes courants peuvent être évités en effectuant un audit régulier des matériels et dispositifs divers afin d’identifier les risques liés à des défaillances à cet égard.

Bien entendu, les travailleurs ont aussi la responsabilité de signaler l’usure et l’obsolescence des équipements de travail si besoin. Cela ne concerne pas uniquement les engins de chantier, mais aussi les équipements de protection individuelle ou collective.

Il convient également de veiller à l’entretien régulier des machines en marche, mais aussi de vérifier leurs conditions de stockage, surtout s’il existe une réglementation précise pour l’une d’entre elles. 

6. Former et informer les ouvriers de façon continue

Comme mentionné plus tôt, vous êtes le premier responsable en matière de sécurité sur vos chantiers. Lors du chantier, rappelez régulièrement les consignes de sécurité à tous les intervenants et veillez à leur respect et leur mise en œuvre.

Vous devez ainsi honorer votre obligation d’information et de formation auprès de vos ouvriers. Les formations, en particulier, sont nécessaires afin d’actualiser les connaissances de ces derniers dans le cadre de l’exécution sécuritaire des travaux. 

Ces formations se portent généralement sur : 

  • Les responsabilités et les obligations de chaque membre de l’entreprise BTP ;
  • Les consignes de prévention et de protection sur le site ; 
  • La mise à jour des règles de conduite appliquées au chantier ; 
  • Les prescriptions réglementaires sur un problème spécifique ;   
  • Le partage d’expériences et les échanges entre professionnels. 

7. Désigner un coordinateur de sécurité

Le coordinateur de sécurité accompagne les entreprises de construction dans la prévention d’accidents de travail dans le milieu. Ce professionnel peut être d’un grand appui puisqu’il prendra en charge l’élaboration et le suivi de la gestion de sécurité sur le chantier. 

Parmi ses missions, on retrouve : 

  • L’évaluation des risques à chaque étape du projet ;
  • L’élaboration de mesures de protection strictes ;
  • L’organisation des interventions ;
  • La coordination des moyens de prévention ;
  • La prévention des risques liés à la co-activité. 

8. Instaurer un environnement de travail sain

La sécurité des ouvriers sur le chantier ne concerne pas uniquement leur bien-être physique direct. Bien qu’il soit nécessaire de leur fournir un environnement de travail sécurisé, la santé psychologique devrait aussi être prise en charge. Une solution simple et efficace à cet égard consiste à garder une communication fluide entre les membres de l’équipe professionnelle et l’équipe dirigeante.

Lors de vos visites ou de vos réunions de chantier hebdomadaires, prenez ainsi le temps de discuter avec eux. Ce serait aussi l’occasion pour vous de prendre connaissance des problèmes potentiels liés aux matériels ou à la sécurité de vos ouvriers sur le site. De plus, cela montre à ces derniers que vous vous souciez de leur bien-être, ce qui peut accroître leur niveau d’engagement et de productivité. 

De l’autre part, veillez continuellement à instaurer un environnement de travail de qualité. Quelques astuces peuvent vous aider à cet égard. À savoir entre autres : 

  • Le respect des horaires de travail ; 
  • L’investissement dans des matériels et engins de chantier performants ; 
  • L’aménagement des temps de repos et la mise à disposition de salle de pause ; 
  • La multiplication des formations professionnelles ; 
  • La surveillance constante du chantier. 

Quelques notes finales de Vertuoza 

Gérer une entreprise de construction n’est pas une mince affaire, mais il existe plusieurs techniques simples qui vous faciliteront grandement la tâche. Vous pouvez par exemple mettre à profit la technologie qui, non seulement, sera un outil de travail très pratique, mais proposera également des performances accrues. Vous pouvez notamment instaurer des dispositifs de surveillance et de contrôle d’accès pour que seuls les ouvriers qualifiés soient en mesure d’entrer sur le site.

En ce qui concerne le suivi de chantier en général, vous pouvez vous servir du logiciel Vertuoza. Spécialement pensée pour aider les entreprises de construction, notre plateforme facilite les partages d’informations, les échanges et la coordination complète des travaux. Notre objectif ? Vous permettre de centraliser l’ensemble des procédures liées à votre activité grâce à un dispositif simple à utiliser. La prise en main est intuitive et votre productivité sera décuplée.

Émission de devis, facturation, organisation d’équipe, suivi de travaux, rapport d’intervention, analyse de performances, etc., bénéficiez des fonctionnalités flexibles de Vertuoza pour pérenniser votre activité. 

Soyez prévenus des nouveautés Vertuo+

Voir +

gestion de chantier
visite de chantier
approvisionnement sur chantier